Le moulin à papier Molí Blanc a été construit en 1750, sur les berges de la rivière Anoia.

La situation des moulins à papier était conditionnée par la présence de l’eau, source d’énergie hydraulique et indispensable pour l’élaboration du papier. Les moulins à papier s’implantèrent très vite en Catalogne et l’Anoia devint la région la plus active et la plus connue en ce qui concerne la fabrication de papier. Le nom du Molí Blanc (Moulin blanc) est dû à la couleur de ses murs, blanchis à la chaux, soulignant les portails et les fenêtres et la partie inférieure de la corniche saillante de la toiture avec des résilles en terre, décorées de losanges blanchis à la chaux. Il est facile d’imaginer le charme de ce moulin lors de ses premières années d’existence. Les caractéristiques du Molí Blanc sont propres à celles des moulins à papier catalans, qui les distinguent d’autres constructions : mirador, rez-de-chaussée, premier étage et sous-sol. L’architecture du Molí Blanc obéit aux particularités spécifiques des mas seigneuriaux. Le bâtiment apparaît comme un élément isolé et entouré de terres. Sa distribution architecturale répondait aux besoins techniques de la fabrication de papier et du logement du propriétaire.

Façana principal abans

Façana principal ara

Part del darrera abans

Part del darrera ara

Façana abans

Façana ara

Menjador abans

Menjador ara

Distribuïdor 1r. pis abans

Distribuïdor 1r. pis ara

Mirador abans

Mirador ara

Habitació superior abans

Habitació superior ara

Sous-sol: les machines et l’outillage destinés à la fabrication du papier étaient installés au sous-sol. Cuves, presse, masse satineuse, etc. Le restaurant se trouve actuellement à cet endroit.
Rez-de-chaussée: la production de papier et d’autres activités de la vie quotidienne étaient réalisées au rez-de-chaussée. L’on y trouve actuellement la réception, le bar, la salle de séjour, etc.
Premier étage: là où se trouvaient le logement du propriétaire et des travailleurs. Des chambres y sont placées actuellement.
Le mirador: le papier était mis à sécher à cet étage. Sa principale caractéristique sont les multiples fenêtres ou « ventanes » (par où passait le vent). Des chambres y sont placées actuellement.
La rénovation du Molí Blanc a été lente, minutieuse, artisanale et respectueuse de la structure originale, tout en conservant des éléments du moulin original comme les poutres, les murs en pierre, les escaliers, les voûtes catalanes, etc. Les matériaux utilisés d’intègrent tout à fait dans l’environnement. Les cuves du sous-sol ont été placées dans le jardin. La toiture, qui était recouverte de sable, a été réalisée de la même façon avec les mêmes matériaux que l’original. La partie inférieure de la galerie saillante a été également rénovée, avec les carreaux peints à la main, en suivant le même procédé qui était utilisé en 1750. Les 46 fenêtres ou « ventanes » du mirador ont été conservées et représentent le symbole de l’hôtel.